Formée et diplômée par Coaching Québec et par  I.P.H.M  
Double-cliquez pour saisir duHYPNOTHERAPUETE texte

Sandrine MANSOUR

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        HYPNOTHERAPEUTE - PRATICIENNE EN THERAPIE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE  
                                                                                                                                                                                              MAGNETISEUSE
                                                                                                                                                                                                              à Niort  et Paris - France 

Blog

TRICHOTILLOMANIE

Publié le 1 février 2018 à 9:40

Trichotillomanie

Sandrine Mansour Lifecoach Magnetiseuse·jeudi 16 mars 2017

"une maladie méconnue et pourtant répandue"

A la lecture du titre vous allez probablement vous posez 2 questions :

De quoi sagit il?

POurquoi choisir un tel sujet?

ET bien si j'ai décidé aujourd'hui de consacrer un article à la Trichotillomanie, c'est parce qu'il y a encore quelques mois, je ne savais absolument pas que cette maladie existait, jusqu'au jour ou une jeune femme m'a contacté via facebook pour me demander de l'aide. J'ai donc effectué des recherches avant de pouvoir entamer une thérapie avec cette dernière. Et à ma grande surprise après son témoignage sur les réseau sociaux, je me suis rendu compte que nombreuses personnes subissait le même enfer, puis qu'elles m'ont à leur tour contacté. Car oui cette maladie est terrible, aucun danger de mort ne s'en suis mais une profonde détresse.

Alors qu'est ce que la Trichotillomanie?

Le mot peut sembler curieux, mais il désigne pourtant un trouble pénible et très méconnu : un comportement répétitif qui consiste à s’arracher les cheveux, parfois jusqu’à « épiler » des zones entières du cuir chevelu, ainsi parfois que les cils, les sourcils ou les poils. Les personnes affectées ( les plus souvent des femmes ) s’arrachent cheveux ou poils de façon compulsive, un peu comme un tic, soit pour soulager une tension, une émotion négative, ou une angoisse, soit par « réflexe » sans trop y penser ( par habitude ).

Cette maladie peut avoir des conséquences importantes, tant esthétiques que psychologiques. Certaines personnes peuvent « s’épiler » au point d’avoir des zones de cuir chevelu entièrement chauves. La plupart du temps, cette habitude d’arrachage est associée à un sentiment de honte, voire de détresse psychologique : la personne se cache, n’en parle pas. Le diagnostic est souvent long à mettre en place car la maladie est assez mal connue par les médecins.

Lorsque je rencontre Hind pour la première fois, je découvre une jeune femme en pleine détresse depuis une quinzaine d'années ayant tout tenté, incomprise de sa famille et de son époux, qui lui parle de caprise de petite fille, d'où le sentiment de honte décrit plus haut. Lorsque, la jeune femme retire son foulard, je découvre un cuir chevelu ravagé. J'avoue que la première fois, j'étais sous le choc, surtout lorsque celle-ci évoque le plaisir presque jouissif qu'elle ressentait à l'arrachage.

les spécialistes reconnaissent deux formes du trouble :

Une forme « centrée sur le geste » : l’arrachage est un besoin qui sera effectivement suivi d’un sentiment d’apaisement, de plaisir ou de culpabilité.

Une forme automatique, au cours de laquelle l’arrachage est inconscient. Il n’entraine pas de sentiment de satisfaction ni de soulagement, mais se fait de façon automatique, par exemple devant la télévision ou dans une salle de classe.

Alors biensur il existe des traitements qui souvent ne servent malheureusement pas à grand chose. LA plupart du temps, le patient se voit attribué un traitement d'anti-dépresseurs.

Je tiens à préciser pour être clair : il n’y a pas de traitement miracle. Comme tout trouble mental, la trichotillomanie est associée à beaucoup d’émotions, d’angoisses, et changer un tel comportement est difficile mais pas impossible. Ce qui demande souvent beaucoup d’efforts et de volonté de la part du patient. Même si aucune étude ne prouve que le magnétisme ou l'hypnose est un traitement de référence. Ils proposent une approche personnalisée, consistant à se défaire des mauvaises habitudes en modifiant progressivement ses pensées, ses comportements, ses « réflexes » malsains. Grâce au magnétisme, il est possible d’effectuer un nettoyage énergétique et émotionnel. L'hypnose quant à elle permettra de modifier le comportement du patient.

Catégories : Articles