Formée et diplômée par Coaching Québec 

Sandrine MANSOUR

MAGNETISEUSE - HYPNOTHERAPEUTE - COACH  DE VIE à Niort  et Paris - France 

Blog

afficher :  plein / résumé

LE MAGNETISME pour ceux qui ne connaissent pas

Publié le 1 février 2018 à 9:50

LE MAGNETISME pour ceux qui ne connaissent pas

Sandrine Mansour Lifecoach Magnetiseuse·jeudi 21 Janvier 2016439 lectures

Qu’est ce que le magnétisme ?

C’est un fluide que tout le monde possède, plus ou moins développé selon les personnes.

Le magnétisme transmet l'énergie, rétablit l'harmonie, l'équilibre du corps. On dit de moi souvent, que je suis solaire. C'est une transmission d'énergie d'une personne à une autre, quelque soit la distance les séparant. Pour ma part, c’est un don de naissance qui m’a été transmis par ma grand-mère « barreuse de feu ». Le magnétisme est un complément efficace de la médecine traditionnelle, cependant il doit être considéré uniquement comme une méthode d'accompagnement dans le cadre d'un suivi médical pour certaines maladies graves. On ne doit en aucun cas arrêter un traitement médical en cours lors d'un suivi par séances de magnétisme.

Certaines personnes attribuent les résultats du magnétisme à l'effet placebo, pourtant, il permet de guérir ou soulager les bébés et les animaux alors qu'ils ne savent pas ce que c'est. J'ai observé que beaucoup de personnes ne croyant pas au magnétisme (vous trouverez le témoignage de Isa qui travaille en France en milieu hospitalier et que j’ai traité à distance et qui n’y croyait pas du tout) ou qui ne connaissait tout simplement pas, ont été guéris ou soulagés mais également des personnes convaincus des pouvoirs de guérison du magnétisme chez qui cela n'a pas ou peu fonctionné (oui il y a parfois des échecs), cela m’arrive rarement ( une fois sur un cas de fibrome et une autre fois sur un cas de fumeur )

Comment cela fonctionne-t-il ?

Que faut-il pour devenir magnétiseur ?

Je répondrai en 2 temps en disant ce qu’est un magnétiseur et les précautions à prendre lorsque l’on en consulte un. Le magnétiseur (ou guérisseurs) existent depuis très longtemps. Le rôle du magnétiseur est de soulager et aider à guérir les douleurs et maladies. C est une personne de grande sensibilité, humble, généreuse, réconfortante. Son but est noble, celui d'apporter une aide, une amélioration avec compassion et amour de son prochain. Le magnétiseur reçoit l'énergie universelle dans laquelle nous vivons et la transmet à tous ceux qui en manquent.. J’espère avoir bien expliqué ce qu’est un magnétiseur, et j’encourage les lecteurs du magazine citadine, à lire un magnifique livre d’une thérapeute et scientifique mondialement connu, « le pouvoir bénéfiques des mains » de Barbara Ann Brennan. Malheureusement l'image du magnétiseur est ternie par un nombre de plus en plus important d’escrocs qui utilisent le terme de magnétiseur simplement pour gagner de l'argent en jouant sur la douleur et la souffrance des gens. Des charlatans, des escrocs, profitent du fait que la profession ne soit pas réglementée pour se proclamer magnétiseur sans avoir de don et sans rien connaître du magnétisme dans le seul but d'arnaquer les gens pour se faire de l'argent.

En résumé, la meilleure chose, c’est le bouche à oreille, c’est 90% de mes patients. Un patient satisfait parle de vous et vous recommande. Ce qu’il faut ? Le don, l’amour de son prochain. Et avoir fait un long chemin sur soit avant de commencer à vraiment pratiquer.

Pour quelles sortes de maladies peut-on consulter un magnétiseur ?

Ce que je pratique le plus, actuellement c’est l’arrêt du tabac, de l’alcool et les problèmes de compulsions alimentaires et malheureusement, ( le mal du siècle ) les dépressions nerveuses. Je peux soigner également les douleurs articulaires, maladies de peau, douleurs lombaires, sciatique, consolidation des fractures osseuses diverses, mauvaise circulation sanguine, rétention d'eau, douleurs musculaires, règles douloureuses, ulcère, cicatrisation difficile, brulure, migraine, torticolis, dépression, anorexie, boulimie, insomnie, chute de cheveux, stress...En revanche, le magnétisme ne peut guérir seul les maladies graves telles que le cancer, le sida ou la sclérose en plaques. En revanche, le magnétisme peut aider à supporter les effets secondaires des différents traitements, à soulager la douleur et donc à se battre.

Chez un magnétiseur, comment se déroule la première consultation ?

Généralement, j’ai été recommandé par une personne que j’ai déjà traité en direct ou à distance. La personne « malade » me contacte par téléphone nous fixons un rdv chez moi. La réglementation ne me permettant pas d’ouvrir un cabinet en tant que tel, je passe actuellement une formation d’hypnotiseur sur Casablanca qui se terminera en juin, une fois mon diplôme en poche, je serai autorisée à ouvrir un cabinet d’hypnotiseuse, magnétiseuse. En France, il n’y a aussi aucune règlementation mais on peut ouvrir son cabinet. Ceci dit ….

Le déroulement de la séance (chez moi) dure environ 30 minutes. Le patient s'allonge sur une table de soin, je pose mes mains sur la tête, puis j’impose mes mains là où la douleur est localisée ou à l'endroit où se trouve l'organe malade. Je transmets l'énergie positive tout en faisant sortir les énergies négatives (la douleur) pour ensuite les rejeter. C’est un bref résumé, vous comprendrez bien que ce n’est pas si simple. Je travaille aussi sur photo, pour ma part, je m’assure qu’il sagit de la personne, généralement ses personnes me contactent par ma page facebook, nous échangeons par téléphone, puis le patient m’envoie par mail sa photo afin que je puisse travailler. Certaines personne habitent trop loin pour se déplacer ( tanger, kénitra, Marrakech, même à l’étranger ) et ne peuvent venir jusqu’à moi. Le travail à distance est aussi efficace.

Il m’arrive aussi de me déplacer dans d’autres villes dans certains cas et même à l’étranger. Je ne recois que sur RDV sauf en cas de brulures ou j’interviens jour et nuit en cas de gravité.

Pour le patient, y-t-il des effets secondaires ?

Cela peut en effet arriver, de ressentir une certaine fatigue dans certain cas. Après une bonne nuit de sommeil tout rentre dans l’ordre.

De quelle manière le praticien peut-il se protéger de l’énergie négative dégagée du corps du patient ?

Cela demande beaucoup de travail sur soi. Il faut être capable de refuser une séance si le ressenti est trop négatif. Dès le matin, je me mets dans mon cocon stérile, Avant une séance, je me connecte avec le ciel et la terre. Après une séance, je secoue fortement mes mains pour rejeter l’énergie négative et je les passe aussitôt avec les avant-bras sous l’eau. Je prends tous les soirs une douche en laissant couler l’eau le long de mes trapèzes et de la colonne vertébrale, cela évacue les mauvaises énergies mais aussi l’électricité statique accumulée dans la journée. Il n’est pas rare que lorsque j’embrasse mes enfants, ils me disent « maman c’est infernal, on se prend à chaque fois l’électricité ». Je marche beaucoup pieds nus à la maison afin d’être en contact avec la terre. Je me protège aussi en méditant tous les jours. Je marche 2h par jour afin d’être en contact avec l’air environnant, je ne conduit plus ou presque plus afin de me donner du temps pour être en contact avec la nature. Pour ma part, en général, depuis que j’exerce, je m’éloigne au maximum de tout ce qui est négatif. Et enfin, le plus important, je demande à dieu de m’aider et je le remercie chaque jour pour ce don.

Entre le médecin et le magnétiseur, peut-on parler de complémentarité ou dualité ?

Pour ma part, je peux affirmer qu’il sagit de complémentarité, je n’ai pas la prétention d’être un médecin. En Europe, les hôpitaux, les médecins ont souvent le contact d’un ou plusieurs magnétiseurs. Cela fait plus de 50 ans que les médecins ne font plus de procès aux guerisseurs tant les témoignages et preuves de guérissons sont nombreuses. La médecine a aussi ses limites, par exemple dans le cas des grands brulés. Je travaille en collaboration avec certain, surtout sur les maladies comme le psoriasis, les zonas, l’accoutumance au tabac, à l’alcool ou à la nourriture.

Seul un médecin peut prendre en charge un cancéreux, je ne suis que l’humble relais pour soulager les douleurs liées au traitement ou aux douleurs psychologiques. Je ne dévie jamais de mes principes. Tout comme le médecin qui fait appel à moi, je fais aussi appel à la médecine dès que je me sens impuissante. Beaucoup de magnétiseur ont un égo démesuré.

Il y a de bon médecins, et de mauvais médecins tout comme d’excellents magnétiseurs et des escrocs. Les 2 ont la même mission me semble t il. Améliorer la santé, la paix intérieures et le bonheur de leurs patients. Je suis heureuse quand je peux dire à quelqu’un vous n’avez plus besoin de moi. Ou lorsqu’un patient me dit « je me sens mieux ». J’imagine que c’est la même chose pour le médecin.

LA FIN DES CRISES D'ATTAQUE PANIQUE

Publié le 1 février 2018 à 9:45

La fin de vos crises d’attaque panique c’est POSSIBLE.

Sandrine Mansour Lifecoach Magnetiseuse·jeudi 26 novembre 2015271 lectures

Elle apparait "sans crier gare", sans savoir pourquoi, sans raison apparente, cette impression affreuse que tout s'écroule sous vos pieds, et de ne plus rien maitriser. Durant, de nombreuses années, les personnes atteintes de cette maladie sur lesquelles on ne mettait alors pas de mot, pensaient être devenu fous. Moi même, après la naissance de mon 1er enfant, aujourd'hui âgés de 25 ans, j'ai connu ce calvaire durant 5 ans. Ma chance, un médecin à l'époque au tout début de sa carrière, met un mot sur des maux que je ne m'expliquai pas, et qui hantaient ma vie. Aujourd'hui, le nombre de personnes atteintes de crises d'attaques panique ne fait que croitre, il faut dire que notre société nous demande de plus en plus de perfection et de rendement, la dictature du matériel et du paraitre, le monde du travail, nous pousse à dépasser nos limites et à ne plus écouter notre inconscient qui pourtant nous envoie de nombreuses alertes avant la fameuse première grande crise. Alors comment tout cela s'installe, quels sont les symptômes? Comment s'en sortir? Est-ce possible de stopper cette machine infernale?

Il existe 4 types de symptômes:

* Symptômes psychiques

une sensation de danger, de catastrophe, voire de mort imminente,

une amplification péjorative des stimuli ambiants, une déréalisation (sensation de transformation de l’ambiance),une dépersonnalisation (sensations corporelles bizarres, impression de transformation corporelle),une incapacité à fixer l’attention, une sensation d’impuissance à agir, à penser.

* Symptômes psychomoteurs

ils se manifestent par d’une perte d’initiative pouvant aller du ralentissement jusqu’à la stupeur anxieuse entrainant la perte d'équilibre. Ou inversement, ils peuvent se traduire par une incapacité à rester assis ou en place, par un comportement inadapté avec pleurs et cris.

*Symptômes physiques

Ils sont souvent très intenses et très variés, les plus fréquents sont

Palpitations cardiaques, tremblements, difficultés respiratoires, sensation d’étouffement, sensation de vertiges, sensation de malaise, douleurs thoraciques, diarrhées…

*Symptômes neurovégétatifs

Sueur, pâleur, rougeur du visage, bouffés de chaleur, mains moites, sécheresse de la bouche.

_____________________________________________________________

Lors d'une première crise, place à la stupéfaction. Et pourtant votre corps, votre inconscient vous on envoyé à mainte reprises, des petites alertes auxquelles vous n'avez pas prêté attention. Ce fut mon cas et forcément le votre:

Troubles du sommeil, démangeaisons nocturnes, douleurs inter-thoraciques, chutes de cheveux, saignement de dents, changement d'humeurs, bouffées de chauffeur, nerfs optiques qui sautent et j'en passe.

Nous sommes habitués à écouter avec nos oreilles, à voir avec nos yeux, nous sommes éduqués ainsi, on ne nous apprend pas à nous écouter. On se donne alors toutes les bonnes raisons pour tous ses petits désagréments.

_______________________________________________________________

Il existe certaines techniques pour essayer de calmer, vos crises qui ne sont que des crises d'angoisses, vous n'allez pas mourir, vous n’êtes pas fou. Il est bon de savoir que les symptômes d’une attaque de panique sont faciles à reconnaître, même si la crise d’angoisse est en elle-même assez désagréable. La prochaine fois que vous vous sentirez dépassé(e) par les événements, vous pourrez vérifier vous-même les signes avant-coureurs d’une crise d’angoisse sur le plan émotionnel et mental. Vous pouvez savoir si vous faites une attaque de panique en lisant ce qui suit. Et faire en sorte de vous calmer et de gérer la crise

1/ Beaucoup de personnes vivent une attaque de panique en ayant l’impression de perdre pied, d'étouffer, avec un écrasement de la poitrine . Cela peut être l’un des symptômes les plus effrayants. Vous avez l’impression de manquer d’air, ce qui ne fait qu’augmenter votre panique, la peur de mourir. Dans une situation pareille, il est très important de respirer lentement et profondément. Comme votre corps et votre esprit sont en relation constante, la respiration envoie au cerveau des signaux qui l’encouragent à se détendre, à l’inverse d’une respiration saccadée qui fait comprendre à votre cerveau que vous êtes en danger, ce qui augmente encore votre panique. L'utilisation de la respiration lente et profonde, en inspirant pas le nez et en expirant par la bouche, s'avère souvent efficace.

2/ L'envie de vomir est une sensation courante quand vous croyez que vous allez étouffer et quand vous vivez une situation très tendue. Vous devriez alors vous asseoir confortablement et tâcher de respirer profondément afin d’envoyer des signaux apaisants à votre cerveau. Une nausée due à l’angoisse n’a rien à voir avec votre estomac et va s’estomper rapidement. Ne fermez pas les yeux, car cela ne fera que vous concentrer davantage sur les sensations de nausée. Concentrez-vous plutôt sur quelqu’un ou sur un détail extérieur. Vous détournerez alors l’attention de votre cerveau, ce qui vous aidera à vous débarrasser rapidement de vos nausées.

3/ Le cœur qui bat très fort, douloureusement contre la poitrine, dans le cou ou dans la tête est une sensation courante. Cette impression de faire une attaque cardiaque est très effrayante. Allongez-vous et respirez profondément. La douleur s’en ira plus facilement si votre corps est plus détendu. Vous pouvez vous rassurer en vous disant qu’il s’agit d’une crise d’angoisse, si vous n’avez pas de sérieux problèmes cardiaques. La meilleure chose à faire reste tout de même de vous allonger.

4/ Massez les parties de votre corps qui sont engourdies. Vous pourriez ressentir des fourmillements. Cette sensation est assez désagréable, mais comme les autres symptômes , elle s’en va assez rapidement. Asseyez, respirez en profondeur et massez la partie du corps qui s’est engourdie. Cela va améliorer la circulation sanguine et enverra au cerveau un message selon lequel il doit s’occuper de cet endroit du corps pour soulager les symptômes.

5/Faites de votre mieux pour vous calmer. Souvent vous savez que ne courez aucun danger réel, ce qui ne fait pourtant rien pour vous calmer. Cela provient de la sensation de perdre le contrôle de votre corps et de votre esprit, ce qui augmente encore les tensions liées à la commotion que vous venez de vivre. Respirez bien et vous parviendrez à vous débarrasser de cette sensation et à retrouver votre maitrise. Vous pouvez vous calmer plus vite s’il y a quelqu’un avec vous pendant que vous vivez une crise. Même si la personne qui est près de vous ne sait pas quoi faire pour vous aider, il est utile d’avoir quelqu’un près de soi. Inconsciemment, il est plus difficile de se calmer quand on n'est pas seul. Il est bon d’avoir quelqu’un près de vous, même si cette personne se contente de vous prendre seulement la main ou de vous parler calmement.

6/ Sachez que vous n’êtes pas entrain de sombrer dans la folie. Les attaques de panique provoquent des symptômes assez inhabituels, si on les compare aux expériences de la vie de tous les jours. Ces sensations, surtout les symptômes émotionnels et mentaux, peuvent vous donner l’impression de ne plus être normal(e), d’avoir des hallucinations et de perdre complètement la raison. Tour ceci est assez effrayant. C’est tout à fait normal. Vous n’êtes pas en train de perdre la tête, vous vivez simplement une attaque de panique. Quand vous vivez ce genre de situation, essayez de vous rappeler que cela va s’en aller et concentrez-vous sur votre environnement. Cela va détourner l’attention de votre cerveau et vous donner plus de stabilité pour rester proche de la réalité.

Il existe encore beaucoup de façon de gérer la crise, mais il n'est impossible de toutes les développer. Au besoin, je me tiens à disposition des lecteurs atteints de crises d'attaques panique.

______________________________________________________________

Si malgré tout les symptômes persistent, et que vous vous faites du souci jour et nuit pendant des jours et des mois, que ces angoisses constantes perturbent votre vie. Vous êtes facilement abattu(e) et êtes probablement épuisé(e). Des soucis de cette envergure peuvent vous miner tant physiquement que moralement. il faut alors consulter.

Il est impératif d'en avec votre médecin, avec un psychiatre, un hypno-thérapeute, un magnétiseur dès que vous le pouvez après une crise d’angoisse. L’événement a des chances de se reproduire aussi dans d’autres situations, si vous ne faites rien pour y remédier. Les attaques de panique sont habituellement la conséquence de vos propres perceptions d’une situation stressante. Même si en temps normal, vous ne décririez pas la situation comme étant une source d’angoisse, votre subconscient pourrait vous raconter une tout autre histoire. Le fait de vivre ce type d’expérience peut être l’indice d’un problème plus complexe ( deuil, traumatismes, etc...). Mes crises ont commencé quelques semaines après la naissance de mon fils ainé, mon accouchement très difficile, mon enfant en couveuse, m'avait inconsciemment conduit vers la peur de mourir

Vous pouvez vous en sortir, j'en suis la preuve vivante. On peut heureusement traiter des attaques de panique. La psychothérapie ou l'hypno-thérapie peuvent être adaptées à des cas d’angoisse généralisée, à des phobies, à des attaques de panique, à des crises d’angoisse post traumatiques ainsi qu’à des trouble de compulsion obsessionnelle. Ces troubles anxieux se traitent très bien, si vous ou une personne proche souffre de ce problème.

Les médicaments peuvent aussi soutenir le processus du traitement. Il est impératif de prendre rendez-vous avec votre médecin si vous pensez souffrir de l’un des symptômes évoqués dans cet article. Un bon diagnostic est la clé d’un traitement efficace, le médecin pourra aussi décidé de ne pas vous donner de médicaments selon les cas et de vous diriger vers un magnétiseur ou un thérapeute

Ne cherchez pas à trop analyser à la nature de vos angoisses si vous pensez qu’elles ont le dessus sur votre vie. Traitez ce problème à un stade précoce pour retrouver une existence plus saine et plus satisfaisante, dépourvue de craintes.

______________________________________________________________

Mon conseil :

Si lâcher prise est plus difficile à faire qu’à dire, c’est parce que ce talent ne relève pas d’une technique particulière, mais d’une philosophie de vie. C'est vous qui décidez qu'il n'y aura pas de nouvelle crise. Des la première crise consulter, faire un check-up complet. Il y a de grande chance pour que l'on vous dise que votre bilan est normal.

Prendre en main votre processus de guérison à l’aide de discipline telles que le yoga, la sophrologie, la méditation ou la relaxation vous permettra d’arrêter d’avoir le sentiment de subir ce mal de siècle et de développer plus de confiance et de sécurité. Ces antidotes vous aideront à passer à l’action plus facilement et à réduire les angoisses accumulées mentalement et physiquement.

Si vous désirez mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement de ce cercle vicieux afin de reprendre en main votre vie, vous pouvez aussi vous documenter, il existe de nombreux ouvrages traitant de ce sujet.

Il est évident qu'une vie saine est vivement conseillée, en évitant la prise de tabac, l'abortion d'alcool, ainsi qu'une pratique sportive régulière.

Reprenez espoir, vous pouvez venir à bout de vos crises:

Admettre que vous n'êtes pas en danger,

Admettre que Vous n'êtes pas ni fou , ni malade imaginaire mais angoisé,

Prendre le temps de s'oxygéner au lieu de se renfermer,

Lâchez prise, et devenir adepte de la pensée positive,

Apprendre à respirer et à vous écoutez.

Je propose un traitement sur 5 semaines :

5 séances de magnétisme à raison d’une par semaine, incluant travail conversationnel


VOUS POUVEZ ETRE CE QUE VOUS VOULEZ ETRE

Publié le 1 février 2018 à 9:40

VOUS POUVEZ ETRE, CE QUE VOUS VOULEZ ETRE

Sandrine Mansour Lifecoach Magnetiseuse·jeudi 23 juin 2016167 lectures

POurquoi, je vise toujours le plus haut possible?

Si je m'étais attardée sur les remarques ( peu agréables ) que j'ai entendu durant mon parcours de danseuse, je ne serai pas entrain de vous livrer cet article. J'aurai pus aussi, lorsqu'en 2013, ma santé était au plus mal, me contenter d'écouter les gens autour de moi disant, cette fois c'est la fin, et me laisser glisser. Mais au lieu de ça, j'ai regardé le ciel, remercier dieu d'être en vie, je me suis accroché et dit que c'était le début d'une nouvelle vie. J'aurai pu après 4 ans de vie commune, a partager le quotidien d'un pervers narcissique, me dire que décidément je ne m'en sortirai jamais. Au lieu de cela, j'ai décidé de devenir hypno-thérapeute comme l'homme qui durant ma convalescence m'a fait découvrir ce merveilleux outil. Je pourrais me contenter de cette magnifique vie que je vis aujourd'hui, mais je me suis jurée de travailler un jour avec Anthony Robblins, et je suis à quelques mois de notre première rencontre pour 5 jours de formation.

Oui vous pouvez être ce que vous décidez d'être.

Les gens qui réussissent sont rarement les premiers de la classe, ceux qui rendaient leurs devoirs en premier. La plupart des gens puissants à l'exemple d'Anthony Robbins n'était pas particulièrement doués. Mais ils savaient où ils voulaient aller, qui il voulait devenir. Savoir ce que vous voulez être, est votre meilleure carte, vous êtes le maître du jeu de votre vie. Sans but, difficile d'avancer.

Vous pouvez reussire l'impossible. Pour ceci, fixez vous des objectifs au delà de ce qui vous semble vos limites. Apprenez à ignorer totalement vos limites, il ne s’agit que de croyances limitantes. Si vous vous croyez incapable d'intégrer la meilleure entreprise dans votre domaine, faites en votre nouvel objectif. Si vous vous croyez incapable d'avoir votre photo en couverture de Paris Match, pliez vous en 4 pour y arriver. Faites de vos rêves une réalités en passant à l'action. ce n'ai pas en restant votre dans votre canapé, et en regardant votre série TV préférée que vous ressemblerez au personnage principale ( souvent le héros ).

J'admire personnellement une femme que le monde entier à longtemps critiqué et moqué en la surnommant " la potiche ". C'est une killeuse, une guerrière de la lumière. Victoria BECKAM ne voulait pas seulement être mieux que ses copines, elle voulait être aussi connue qu'une célèbre marque de lessive. Je vous promets que cette histoire est vraie. Cette femme ne s'est pas contenter de regarder les spot publicitaires à la télévision, sa volonté était si puissante qu'elle a tout mis en oeuvre pour y arriver. Ce qui fait la différence, c'est le passage à l'action. Aujourd'hui Victoria est une femme d'affaire puissante. Ce qui était important pour elle, ce n'était pas qui elle était, mais ce qu'elle voulait être. Elle a su dépassé toutes les critiques, elle est aujourd'hui à la tête d'un empire financier de plusieurs millions de dollars.

Lorsque j'étais danseuse, j'étais le vilain petit canard qui ne savait que lever les jambes. Aujourd'hui, je peux prétendre d'un beau parcours et ce n'est que le début.

Vous étiez mauvais élèves, et bien peut être que le système qui ne vous enseigne que des faits établis ne vous convenait pas. Peut être aviez vous tout simplement une mauvaise mémoire. Le système n'a pas su stimuler votre imagination. Beaucoup d'élèves doués qui ont obtenus de bons postes après leurs diplômes se sont fait doublés par gens qui ont cherché en permanence à se surpasser.

Alors STOP, aux croyances limitantes, TOUT EST POSSIBLE!

Je dirai que 80% de votre réussite est l’énergie que vous mettez dans vos actions. Faites des critiques votre force, de vos échecs des leçons. Ne remettez pas la faute sur les autres, analysez chacune de vos erreurs et acceptez les critiques. les compliments sont souvent pour faire plaisir alors que vous étiez loin d'être excellent. N'attendez pas demain pour prendre des décisions, nul ne sait si demain sera, l'action c'est maintenant. Dieu est grand mais les bonnes choses tombent rarement du ciel, retroussez vos manches.

Sortez le négatif de votre vie, arrêtez de critiquer vos concurrents ou votre voisin, vous perdez du temps, vous leur faites de la pub. Cherchez et trouvez vos points forts et faites en votre drogue. Ne réduisez pas votre champ de vision à vos pseudos limites. Ne cherchez pas à paraître génial, soyez génial. Ne promettez pas la lune, décrochez la, et posez la en trophée. Rien n'en infaisable, sauf ce qui n'existe pas. Beaucoup de génie ont été pris pour des fous, ils sont aujourd'hui prix Nobel ou des hommes puissants. En résumer, celui qui ne se trompe jamais, a peu de chance de réussir. Einstein disait : "Il n'y a pas de signe plus évident de dérangement mental que de refaire sans cesse la même chose en escomptant un résultat différent". Samuel Beckett, lui a dit " Échouer, échouer encore, échouer mieux ".

Acceptez l'erreur pour avancer, on a souvent tort de penser qu'on a raison. Ceux qui pensent avoir toujours raison stagnent, ils ne cherchent pas à découvrir, à avancer, ils vivent dans le passé. Soyez le créateur de votre vie.

Ma grand-mère, lorsque j'étais en plein doute me disait, ma fille "tu as un grand avenir devant toi, aller à l'église, ne te rend pas meilleur chrétien, pas plus qu'aller chez le coiffeur ne te rendra coiffeur, lorsqu'on veut on peut".

La plupart du temps, par manque de courage, on se cherche de fausses excuses pour ne pas affronter les difficultés, et on tire des conclusions hâtives. Mario Andretti a dit " si tu es maître de ton véhicule, c'est que tu ne conduit pas assez vite". Moi je dis, visez la lune et non pas l'horizon.

Alors tirez un joli trait après la lecture de cet article et de tout le magazine et dites vous aujourd'hui " je veux être ( ce que vous voulez être ), c'est une nouvelle vie qui commence" et PASSEZ A L ACTION.

TRICHOTILLOMANIE

Publié le 1 février 2018 à 9:40

Trichotillomanie

Sandrine Mansour Lifecoach Magnetiseuse·jeudi 16 mars 2017

"une maladie méconnue et pourtant répandue"

A la lecture du titre vous allez probablement vous posez 2 questions :

De quoi sagit il?

POurquoi choisir un tel sujet?

ET bien si j'ai décidé aujourd'hui de consacrer un article à la Trichotillomanie, c'est parce qu'il y a encore quelques mois, je ne savais absolument pas que cette maladie existait, jusqu'au jour ou une jeune femme m'a contacté via facebook pour me demander de l'aide. J'ai donc effectué des recherches avant de pouvoir entamer une thérapie avec cette dernière. Et à ma grande surprise après son témoignage sur les réseau sociaux, je me suis rendu compte que nombreuses personnes subissait le même enfer, puis qu'elles m'ont à leur tour contacté. Car oui cette maladie est terrible, aucun danger de mort ne s'en suis mais une profonde détresse.

Alors qu'est ce que la Trichotillomanie?

Le mot peut sembler curieux, mais il désigne pourtant un trouble pénible et très méconnu : un comportement répétitif qui consiste à s’arracher les cheveux, parfois jusqu’à « épiler » des zones entières du cuir chevelu, ainsi parfois que les cils, les sourcils ou les poils. Les personnes affectées ( les plus souvent des femmes ) s’arrachent cheveux ou poils de façon compulsive, un peu comme un tic, soit pour soulager une tension, une émotion négative, ou une angoisse, soit par « réflexe » sans trop y penser ( par habitude ).

Cette maladie peut avoir des conséquences importantes, tant esthétiques que psychologiques. Certaines personnes peuvent « s’épiler » au point d’avoir des zones de cuir chevelu entièrement chauves. La plupart du temps, cette habitude d’arrachage est associée à un sentiment de honte, voire de détresse psychologique : la personne se cache, n’en parle pas. Le diagnostic est souvent long à mettre en place car la maladie est assez mal connue par les médecins.

Lorsque je rencontre Hind pour la première fois, je découvre une jeune femme en pleine détresse depuis une quinzaine d'années ayant tout tenté, incomprise de sa famille et de son époux, qui lui parle de caprise de petite fille, d'où le sentiment de honte décrit plus haut. Lorsque, la jeune femme retire son foulard, je découvre un cuir chevelu ravagé. J'avoue que la première fois, j'étais sous le choc, surtout lorsque celle-ci évoque le plaisir presque jouissif qu'elle ressentait à l'arrachage.

les spécialistes reconnaissent deux formes du trouble :

Une forme « centrée sur le geste » : l’arrachage est un besoin qui sera effectivement suivi d’un sentiment d’apaisement, de plaisir ou de culpabilité.

Une forme automatique, au cours de laquelle l’arrachage est inconscient. Il n’entraine pas de sentiment de satisfaction ni de soulagement, mais se fait de façon automatique, par exemple devant la télévision ou dans une salle de classe.

Alors biensur il existe des traitements qui souvent ne servent malheureusement pas à grand chose. LA plupart du temps, le patient se voit attribué un traitement d'anti-dépresseurs.

Je tiens à préciser pour être clair : il n’y a pas de traitement miracle. Comme tout trouble mental, la trichotillomanie est associée à beaucoup d’émotions, d’angoisses, et changer un tel comportement est difficile mais pas impossible. Ce qui demande souvent beaucoup d’efforts et de volonté de la part du patient. Même si aucune étude ne prouve que le magnétisme ou l'hypnose est un traitement de référence. Ils proposent une approche personnalisée, consistant à se défaire des mauvaises habitudes en modifiant progressivement ses pensées, ses comportements, ses « réflexes » malsains. Grâce au magnétisme, il est possible d’effectuer un nettoyage énergétique et émotionnel. L'hypnose quant à elle permettra de modifier le comportement du patient.

Ma clope mon amie

Publié le 1 février 2018 à 9:40

MA CLOPE, MON AMIE

article pour le magazine citadine du mois de SEPTEMBRE 2015

Si vous voulez arrêter de fumer lisez cet article, et si vous êtes prêt, revenez vers moi, je propose des thérapie en 5 séances pour l’arrêt du tabac

LA CIGARETTE OU LE GÉNOCIDE MONDIAL N’est il pas incroyable de constater, qu’en 2012, 2,6 millions de personnes dans e monde sont décédées à cause de la cigarette. Pourtant la consommation et les prix du tabac ne cessent d’augmenter. Doit on parler de génocide mondial qui rapporte des millions dans les caisses des états ou de suicide collectif ? J’avais envie d’aborder ce sujet par « coup de gueule » mais je vais plutôt vous démontrer que vous êtes prisonnier de vos choix. Le tabac n’est en réalité qu’un faux ami, un geôlier, un Tyran, un gourou, qui vous détruit. Je pourrai encore employer bon nombre de mots mais ceux-ci me paraissent les plus proches de ce phénomène.

Phénomène qui rapporte des millions à l’industrie du tabac, et plus puissant que le terrorisme sur une même année. Je le rappelle 2,6 millions de morts ! Une mort lente, pénible, dans des souffrances atroces. Le cancer de la langue, du poumon ou de la gorge mutilent le corps qui pourri à petit feu de l’intérieur. Et pourtant ce doux poison semble apporter du plaisir à celui qui le consomme et qui empoisonne même son entourage.

Un paquet de cigarette ? Une moyenne simple pour un fumeur, d’un paquet journalier : 2600 Euros annuel. Il faut être sacrément égoiste pour se ruiner la santé à ce prix, quand vous savez le nombre d’humain qui crèvent de faim dans le monde. Bon, bon, bon …. Je risque de m’attirer la foudre de ceux qui vont se dire « mais pour qui se prend t elle avec sa morale » … parce qu’en réalité on me l’a déjà dit. Mais après tout si vous êtes suicidaire, c’est un bon moyen, vous allez surement y arriver. Avec une telle somme, je préfèrerai pour ma part m’offrir une semaine de vacance ou la redistribuer. La manipulation mentale Le tabac fonctionne de manière incroyable. Il arrive à vous convaincre de choses absolument fausses : Le tabac soulage Le tabac aide à se détendre Le tabac aide à ne pas grossir Le tabac aide à se concentrer Le tabac déstresse Mais si c’est vrai, j’encourage tous les fumeurs à donner une bonne dose de clop à leurs enfants dès le plus jeune âge. Non, je plaisante, mais voyez comme votre raisonnement est complètement dingue. Le tabac est un faux ami qui déclenche des endorphines dans votre cerveau tout comme l’alcool. En quoi cela pourrais vous nuire de ne plus consommer ce poison. Croyez-vous réellement que fumer fait disparaitre les problèmes. Le tabac vous a fait un lavage de cerveau, tel que le gourou d’une secte, il bâillonne votre esprit et le rend aveugle. Otez vos œillères. Ecoutez la partie de vous qui sait que vous vous faite du mal. Vous n’avez tout de même pas le Q.I d’une huitre. Mais encore une fois, le suicide est votre choix ! A moins que le tabac, ce petit truc puant, ne soit réellement plus fort que vous. LA CLOP VOUS DIMINUE Elle vous rend la langue collante au réveil, et je ne vous parle même pas de l’haleine de cheval pour votre entourage. Votre teint devient affreux, à la limite du vert. Elle déclenche des toux chroniques et vous rend les dents jaunes. Quel tableau ! Mais je continue. Vous claquez votre argent, vous êtes toujours fatigué. Vous êtes esclave de la clop. Et pourtant vous fumez, vous persistez et signez. Le pire des choses qui puisse vous arriver en arrêtant, c’est de faire des économies, d’être en meilleure santé, de ne pas pourrir votre entourage, et d’être libre. La cigarette vous piège, vous manipule, vous ruine et vous tue. Toujours pas convaincu ? Et bien continuer à vous suicider. Pensez-y en mettant la prochaine dans votre bouche. C’est votre mort dans tout les sens du terme. C’EST FACILE N’avez-vous pas envie de retrouver votre énergie, de mieux dormir, d’apprécier le gout de la nourriture, de sentir bon, de gagnez de l’argent ? N’avez-vous pas envie d’être libre de penser à autre chose que cette maudite cigarette avec laquelle vous vous levez ? Cela parait difficile et pourtant c’est possible. C’est vrai que vous êtes manipulé physiquement et moralement et cela parait insurmontable, et pourtant beaucoup de gens autour de vous y sont parvenu et se sont reconnecté à la vie en arrêtant cette drogue. Si vous êtes toujours convaincu près la lecture de mon récit que c’est bon de fumer, je n’ai rien d’autre à ajouter que CONTINUEZ ! Si vous commencez à douter, par pitié, reconnectez-vous à la vie, à votre vie. Les cartes étaient truquées. Nous n’avons qu’une vie ! Moi Sandrine, j’adopte une vie saine et j’apprivoise les petits plaisir de la vie. Faites comme moi, acceptez d’être heureux et libre

ma vision du bonheur

Publié le 1 février 2018 à 9:35

Article pour citadine de juillet 2015

Le bonheur.

Voilà un bien grand mot dont le sens varie selon notre niveau social, notre éducation, notre culture. Alors qu’est-ce que le bonheur?

Selon le petit Larousse, il s’agirait d’un état de pleine satisfaction ou ce qui nous rend heureux.

La dictature du paraître :

Aujourd’hui, malheureusement je rencontre de plus en plus de personnes en cabinet qui se disent malheureux et semblent, si l’ont regarde avec les yeux, tout posséder. Malgré tous les progrès en matière de technologie, de santé, de financement, on constate que c’est dans les pays les plus développés que l’on consomme le plus d’antidépresseurs. Il faut de nos jours, consommer et posséder, et pour beaucoup, cela semble un signe de bonheur. D’ailleurs on mesure la santé d’un pays à son taux de croissance. Comment expliquer alors qu’autant de personnes possédant une villa, une somptueuse voiture, des vêtements signés soient rendus aussi souvent dans mon cabinet ou chez mes confrères psychiatres. Nous sommes de nos jours dans la spirale et la dictature infernale du paraître, il faut non seulement avoir comme le voisin, mais même plus. Même le fait de sourire est un indicateur de manque de sérieux. Incroyable non ? Imaginez un instant, un P.D.G d’une multinationale, arrivant à une réunion très importante, habillé d’un simple jean, tee-shirt, tout sourire, et sortant d’une Dacia Sandero….. Aujourd’hui impossible . Qui va le prendre au sérieux ? On va s’imaginer que c’est son chauffeur, et encore…. Le P.D.G type, doit débarquer en berline, costard trois pièces et surtout le must, faire la gueule. Signe de sérieux et d’aisance, le bonheur quoi…. ☺

Je peux affirmer que le paraître ou la folie acheteuse, sont comme le tabac ou l’alcool. Ils déclenchent des endorphines dans le cerveau, qui apaisent quelques minutes et vous mettent dans une sorte de brouillard, et après ….. C’est une fausse amie. Bon nombre de personnes possédant tout, sont suicidaires, car rien ne peut plus leur faire plaisir ou les surprendre.

Alors le bonheur, ne serait-ce pas ???

Vivre l‘instant présent sans se soucier du passé que l’on ne peut changer (à quoi bon se rappeler de la dispute de la veille, ce qui est fait est fait ), sans se soucier du futur qui n’est que demain et sur lequel vous n’avez aucun contrôle. Aspirer à la jouissance du moment, qui déclenche une paix intérieure quasi immédiate et qui rayonne à l’extérieur de vous. Ce désir de vivre pleinement les petites choses. S’émerveiller devant le rayon de soleil qui passe au travers des rideaux le matin à votre réveil et qui vient caresser votre joue.

Le bonheur c’est aussi le partage, ou donner sans attendre quoi que ce soit en retour. C’est rester ébloui par le sourire d’un enfant ou le regard amoureux de sa maman le regardant jouer. Faire du bien en partageant notre joie de vivre avec les autres. Voici quelques semaines, j’ai vécu un de ces moments qui aurait pu me rendre triste mais qui m’a rempli de bonheur. Alors que je me dirigeais à pied dans le quartier de Maarif, en passant dans une ruelle longeant la mosquée, j’ai croisé le regard d’une femme avec un homme en fauteuil roulant lourdement handicapé qui semblait mendier. Mais elle ne demandait rien, son regard m’appelait. Je me suis approchée d’elle, je lui accorde un simple bonjour en français avec un grand sourire, la situation était pourtant triste. A ma grande surprise, cette femme parle un français plutôt correct. Je lui demande alors de quoi est atteint le jeune homme, elle m’explique sans se plaindre qu’il s’agit de son fils atteint de handicaps très lourds tant sur le plan moteur que psychique. Elle me fait part du fait qu’elle est très heureuse, et oui heureuse, (malgré sa situation) que je prenne le temps de discuter avec elle. Durant la discussion, le jeune homme me dévore du regard lui aussi en souriant (il n’a pas l’usage de la parole). Je lui réponds par un sourire, je prends le risque de poser ma main sur son épaule, le garçon me tend sa main que je prends dans la mienne. Inutile de vous dire que ce moment était très intense et riche en émotion. Il fallait que je reparte. Je glisse un peu d’argent à la dame qui me dit : « vous savez, personne ne prend le temps de discuter ainsi avec moi, merci madame. » Au-delà du merci, le sourire de cette femme et de ce jeune homme fut un pur bonheur, un beau moment de partage. En reprenant ma route, les larmes se mirent à couler sur mes joues ; non pas de tristesse mais pour l’intensité du moment.

Le bonheur, ne serait-ce pas d’avoir la foi, sans parler de religion, mais savoir que l’on n’est jamais seul. Remercier Dieu chaque jour du miracle de la vie. La vie….. Tout ceci parait normal, mais c’est un miracle. Il arrive souvent que l’on se sente seul, comme cette impression d’être seul à souffrir, à être incompris. Visiblement, vous attendez trop la reconnaissance de l’autre. Le bonheur, c’est au-delà d’aimer la vie, s’aimer soi même. Je ne parle pas de l’égo démesuré qui est souvent source de grandes souffrances, mais d’être en paix avec soi. Cette paix intérieure rayonnera sur les autres qui seront attirés par votre énergie positive.

Le bonheur c’est aussi les moments en famille. Aujourd’hui, on se parle via whatsApp, skype, sms. On oublie les valeurs et le simple plaisir de partager un pique nique un dimanche après midi, car il est de bon ton d’être aperçu dans les centres commerciaux. On ne se balade plus au parc avec nos enfants car ils ne doivent pas se salir, on part plutôt au fast-food. On ne part plus visiter nos aînés, car on les trouve ringards. Pourtant quel bonheur que de partager un repas en famille, où l’on prend le temps d’écouter les vieux qui nous ont raconté des centaines de fois les même histoires. Ils sont en fin de vie et respirent la joie de vivre, heureux de nous recevoir et d’être écoutés. La communication….

Comme je le citerai plus bas, on ne sait plus communiquer. Tout le monde hurle, critique, ragote, agresse. Pour être heureux, il faut aussi adopter la formule magique de Socrate, (je précise que c’est un de mes récents apprentissages lors de ma formation d’hypno-thérapeute avec Anne Hélène Chevrette) : « Il faut fuir comme la peste comme les ragots. » Si on vous rapporte quelque chose qui ne semble ni vrai, ni bon, ni juste, ni utile, et bien faites en sorte que cela rentre par une oreille et ressorte par l’autre. Ce qui vous évitera des ennuis et du bavardage mental inutile. Ne pas répondre à l’agressivité par l’agressivité. Pour exemple, je vais vous raconter une dernière anecdote qui m’est arrivée dans mon quartier en sortant de chez moi. Alors que je traversais le carrefour en bas de mon immeuble, la tête un peu dans la lune, je me suis engagée alors que le feu était vert pour les automobilistes. Ce qui obligea un chauffeur de taxi à ’attendre quelques secondes alors que le feu était vert. Dans une fureur incontrôlable, l’homme sortit de son véhicule en hurlant et en m’insultant de tous les mots possibles. Deux solutions se présentaient à moi : Revenir vers lui en hurlant moi aussi et en faisant un scandale, ce qu’il aurait sûrement apprécié, ce qu’il attendait de toute évidence, et aurait attiré une foule de personnes qui se seraient prêtées au jeu de la bagarre. Ou ( ce que je fis ) revenir vers lui en lui disant avec un grand sourire et une petite voix : « Je vous prie de m’excuser monsieur , je suis sincèrement désolée, je vous souhaite une bonne journée, encore une fois toutes mes excuses. » Je vous assure que c’est une histoire vraie. L’homme est resté bouche bée, muet, ne s’attendant pas à ma réaction. J’ai alors cassé son schéma. Vous me direz où est le bonheur ? Sur le coup, je me suis évitée une mauvaise énergie pour le reste de la journée, et le bonheur est à l’instant où je vous raconte cette petite anecdote, lorsque je repense à la tête du chauffeur, je ne peux m’empêcher de sourire.

Avant de conclure je citerai Claudie Sadrowski :

Le monde est triste. Le monde est grave. Les guerres ravagent. Les séismes et raz de marées détruisent. Pour faire face à ce catastrophisme, tout le monde arbore une mine de circonstance. Car se réjouir de tout ce malheur ne serait pas convenable. Tout est devenu grave, triste et intolérable. On râle, on crie, on se fait peur, et on dort désormais d’une nuit sans rêves. Plus rien ne vaut la peine d’être vécu, on a perdu l’espoir et avec l’envie, de la joie de vivre. Moi je suis la dernière femme qui rit. J’arbore partout un sourire, ce n’est pas un sourire commercial mais un sourire intérieur. Je suis gaie, je suis heureuse, je réponds à l’agressivité par la gaîté, à la tristesse par la bonne humeur, à la morosité par le bonheur de vivre.

En conclusion pour moi, le bonheur est une chose simple à obtenir, si l’on reste simple bien sûr. Je ne dis pas qu’il faut vivre comme au temps des hommes préhistoriques, non !!! On peut vivre avec son temps. Mais le bonheur, peut provenir de mot (ne pas répondre à l’agressivité par l’agressivité, rendre visite plutôt que d’envoyer un sms ou un mail), de l’art, de la lecture ( prendre un vrai livre dans ses mains au lieu de sa tablette qui vous renvoie tout un tas d’ondes négatives), d’une balade en pleine nature ( la forêt n’est-elle pas plus agréable qu’un centre commercial bruyant), des petits plaisirs de la vie ( partager un bon repas avec ses enfants et la grand-mère que Dieu nous a préservé ). On peut vivre le bonheur au travers de nos réussites, de nos apprentissages, ou le partage avec un inconnu. C’est pour moi, de ne dépendre ni de la débauche du luxe et du « m’as tu vu », ni de la reconnaissance des autres, c’est aimer vivre l’instant présent en remerciant Dieu chaque matin de cette nouvelle journée. Certes la vie n’est pas le monde de Barbie ou des bisounounous mais se plaindre sans cesse ne changera rien à part envenimer le cours de la vie.

Comme le disait un grand philosophe, moi Sandrine, j’ai décidé d’être heureuse car c’est bon pour la santé.



Rss_feed